Autoconstruction: 8 trucs à savoir avant de se construire

autoconstruction.jpg

Gérer 100% de sa construction neuve ou sa rénovation soi-même, c’est un projet très accomplissant.

Si tu as:

  1. L’énergie

  2. Le temps

  3. Les connaissances

VAS-Y FONCE! Ça risque d’être un des plus bel accomplissements de ta vie, t’auras de quoi être fier!

giphy (2).gif

Là où on a un bémol, c’est que les gens qui pensent à l’autoconstruction minimisent le rôle de l’entrepreneur, le temps et l’énergie requis et voient plus gros les gains financiers en fin de compte.

Décider de se construire sa maison, c’est pas juste une décision financière, c’est une job à 30h par semaine pendant 1 an. C’est un nouveau mode de vie que tu doit être prêt à accepter (et faire vivre à ta famille) pendant quelques mois.

On en a entendu pas mal, des histoires d’autoconstruction (et Alex en a repris pas mal aussi!). Au fil des histoires, c’est souvent les mêmes problèmes qui reviennent.

Dans cet article, on te parle de 8 trucs souvent oubliés, pour que tu saches mieux dans quoi tu t’embarques, que tu sois mieux préparé et que ton couple survive (selon une étude ridicule, il semble que 50% des couples qui débutent un projet d’auto-construction se séparent avant la fin des travaux 😂).

1- Les vraies questions

La première étape cruciale que trop de gens oublient, c’est de se poser les bonnes questions (et accepter les réponses):

  • Ai-je le temps et la patience de mener à terme le projet?

  • Ai-je les nerfs assez solides pour gérer les pépins qui vont survenir en cours de route?

  • Suis-je habile et compétent pour le faire?

  • Suis-je familier avec les normes et règles en vigueur?

2- La soumission détaillée

Pour avoir un prêt de ta banque, tu vas devoir estimer précisément les coûts. Pas 2-3 calculs sur un bout de papier Alouette là, ton projet va être soumis à une analyse approfondie avant l’approbation par un conseiller spécialisé en immobilier (il a appelé Alex 2-3 fois pour avoir des détails sur sa soumission, fak c’est assez pointu).

Il faut penser à contacter des entrepreneurs spécialisés (électricité, fermes de toit, plomberie, murs, électricité…) pour avoir les prix de chaque spécialité. Prévois que tu vas devoir organiser des rendez-vous avez eux, décortiquer leur soumission, comparer, calculer, t’obstiner, etc.

3- Le paiement des fournisseurs

Tu dois payer un montant à chaque fournisseur lors de la prise de commande des matériaux et à la réception de ceux-ci. Par exemple, juste pour tes fenêtres, tu devras payer des milliers de dollars sur le champ. (eh oui, l’entrepreneur front ta maison avant même que tu ne l’aies payé!)

giphy (7).gif

4- La liquidité

Il faut aussi considérer que la banque prête par déboursés progressifs dans le cas d’une autoconstruction. Concrètement, ça veut dire qu’il faut être capable d’assumer les paiements (avoir du $$$$$) pour faire avancer la construction, avant même de recevoir les déboursés.

Tu commences par payer avec l’argent que tu auras mis en cashdown. Ensuite, les déboursés de la banque arrivent seulement après avoir franchi certaines étapes.

La banque va s’assurer que tu as ta mise de fond, mais aussi une preuve de liquidités pour assumer les paiements nécessaires lors de la commande des matériaux.

Voici comment ça s’est passé de notre côté:

  • Premier déboursé: une fois les fenêtres posées et le toit terminé. 

  • Deuxième déboursé: avant la réception du gypse ou après la peinture

  • Troisième: une fois la maison terminée complètement

5- La coordination des sous-traitants

Autre élément critique trop souvent oublié: l’ordre de venue des sous-traitants. C’est important de le respecter pour que tout roule, mais surtout pour limiter les extras qui grimperont trop rapidement à ton goût.

giphy (4).gif

Par exemple, si les électriciens passent avant les ferblantiers, ces derniers devront probablement bouger des fils, donc les électriciens vont revenir une fois de plus = EXTRA$$$$.

Autre réalité à considérer, les sous-traitants sont plus enclins à travailler avec un entrepreneur, parce que:

  1. Ils parlent le même langage (je comprends absolument rien quand Alex parle avec des «gars de la construction», c’est fou on dirait qu’ils ont leur propre dictionnaire)

  2. L’entrepreneur leur donne de l’ouvrage régulièrement. C’est comme n’importe quoi dans la vie, tu priorises tes clients réguliers...

  3. Le chantier sera organisé pour leur venue. Ça fait qu’ils n’auront pas à revenir plusieurs fois et charger des extras = clients mécontents.

6- La démotivation

«J’vois pu le boutte!»

C’est ce qu’Alex se fait dire à chaque fois qu’un client l’appelle pour qu’il prenne le relai sur son projet.

Gérer soi-même sa construction, ça prend du temps. Tu estimes 1 an? Ça risque de t’en prendre 2, si c’est pas plus (c’est pas du pessimisme, c’est du réalisme!). 

L’enthousiasme de départ disparaît souvent pour laisser place à la fatigue et la démotivation…

7- L’aide des amis et de la famille

Y’a 2 choses que je veux te parler ici:

1- Les intentions
2- La règlementation

Quand tu vas dire au monde que tu te construis, tout le monde va être ben excité pour toi pi de l’aide, maudit que tu vas t’en faire offrir. Les intentions sont là !!!!!

C’est l’fun, tout le monde veut participer à mon projet, j’vais avoir de l’aide en masse, ça va bien aller LET’S GO!

La vérité, c’est que tu peux compter sur les doigts d’une main le nombre de personnes qui vont réellement venir t’aider. De la visite (des vouéreux), tu vas en avoir en masse. Les gens arrivent à 4-5h avec une caisse de bière, c’est ben l’fun, mais ça fait pas avancer la baraque.

Mon conseil: ne te fie pas sur les autres pour faire avancer ton projet, mais si tu reçois de l’aide, c’est bien tant mieux!

L’autre aspect, c’est la règlementation. Imagine toi dont qu’au Québec, la construction est régie par la CCQ et que tu ne peux pas faire travailler (bénévolement ou non) tes amis/famille sur ton chantier, selon la job à effectuer. Et puis si tu engages un travailleur, il doit avoir un certificat de compétence CCQ et toi tu agis comme un employeur, il te faut donc une licence…

Informe-toi sur la réglementation à ce sujet.

8- Le coût des erreurs de débutants

Et LE PLUS IMPORTANT: les erreurs de débutants. C’est 100% certain que tu vas en faire, c’est tout à fait normal, ça fait partie du processus d’apprentissage.

Le problème avec les erreurs de débutants sur la construction, c’est que c’est rarement des erreurs à 10$ malheureusement. Le manque d’expérience coûte très cher en bout de ligne...

La meilleure solution pour participer à sa construction

C’est tellement normal de vouloir participer à son projet. Et c’est possible de le faire, sans en être le chef d’orchestre et avoir tout le stress qui vient avec.

Discute-en avec ton entrepreneur dès le début.  Il va pouvoir te suggérer des tâches à faire durant les weekends qui te permettront de mettre la main à la pâte. 

Le classique constructeur du dimanche

Le classique constructeur du dimanche

Pi s’il est smath comme Alex, il va même te donner des conseils pour faire une job de pro!